Dimanche 27, Lundi 28 Juin 2010

 

 

 

 

45 Kms

In the mountains . . .


Agrandir le plan

Cette journée sera marquée par un passage difficile sur un chemin de randonnée dans les montagnes de Maronia. 15 kilomètres durant lesquels nos pneus lisses ont souffert et nous ont fait déraper à chaque virage serré ou montée un peu trop abrupte. 

Durant ce parcours, Ulrich fait tomber la bouteille d'eau et la carte de la Grèce. Nous ne reverrons plus la bouteille d'eau mais en revanche, la carte, quelqu'un en jeep rebroussera chemin pour nous la rapporter. Heureusement, car la carte est pour nous ce que la Bible est pour les croyants: un media indispensable!
Nous profiterons de ce chemin côtier peu frequenté pour accéder à une belle plage...de nudistes! Sans gêne, nous nous déshabillerons sur la plage pour revêtir nos beaux maillots de bain et nos masques et tubas. On n'est pas encore prêts à passer le cap du "petit bout de tissu en moins"! 

Après cette détente aquatique, nous roulerons encore une dizaine de kilomètres avant d'atteindre Dikela, un village dans lequel habitent les parents de Chryssa, une professeur de français que nous recroiserons peut-être à Athenes en juillet si nos diponibilités concordent. Un repas goûtu et une soirée musicale (le père jouant de la mandoline!) suffira à nous combler de bonheur. Il y a des jours comme ça...

 

 

 

 

48 kms


Agrandir le plan

La routine reprend ses droits et nous poursuivons notre route. Direction Alexandroupoli et son phare qu'on nous a dit être l'équivalent de la Tour Eiffel parisienne. Une fois sur place, on se rend compte que cette ville nouvelle (avant 1920 ce n'était qu'un port) n'a aucun charme et que son phare se révèle plus commun que nos beaux phares bretons. Rendus à Feres, nous avons du mal à trouver l'hospitalité, d'autant plus que l'anglais est de moins en moins usité. Une jeune future maman et sa mère nous proposent de dormir dans leur hangar, mais nous précisent que nous devons revenir une heure plus tard, afin d'avoir l'accord des hommes. Nous en profitons pour manger une dernière fois grec avant la Turquie. A notre retour, un peu moroses à l'idée de se voir finalement refuser l'hospitalité, les femmes nous disent que c'est bon, qu'on peut préparer notre couche dans le hangar. Se révélant un vrai bric-a-brac, Valérie préfère dormir dehors, juste devant, et surtout loin des surfaces herbeuses (par peur des petites bestioles qui s'y promènent). Bref, nuit à la belle étoile pour achever notre première moitié de notre parcours grec. Heureusement, notre soirée sera sauvée par le fiancé de la jeune maman qui tient un bar lounge dont l'atmosphère branchée est un peu décalée dans cette ville de campagne. Nous passerons la soirée avec eux et deux de ses amis dans une ambiance fort agréable et sous le signe de la curiosité.

Commentaires (1)

1. Fred ! 01/07/2010

Même si certains ingrédients du voyage sont amers, ça n'empêche pas que le plat soit bon.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

accueil.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×