Lundi 7 Juin & Mardi 8 Juin 2010

 

 

 

 

43 kms

(Aucun itinéraire)

Comment allez-vous? On ne vous a pas trop manqué? Il est temps maintenant de passer un petit bout de temps ensemble, comme toutes les semaines, en attendant vos réactions qui nous encouragent à continuer ce blog.

Lorsque nous nous étions quittés, nous venions de dire au-revoir à une sympathique famille, vivant sereinement dans un village où le temps s'écoule sans artifice. Nous ne savions pas qu'ils seraient nos derniers hôtes albanais car, la frontière s'approchant, la vénalité humaine se réveille brutalement. A Bilisht, dernier bastion d'Albanie avant la Grèce, le geste principal est le frottement mesquin du pouce et de l'index, geste international témoin du fabuleux progrés sociologique de l'humanité. Ces mêmes mains n'hésitent pas, sans vergogne, à plonger comme des rapaces vers les billets à peine encore tendus, gras charognards inutiles. Et de l'autre côté de la frontière, l'homme s'avèrera semblable. Hôtel en tant que dernier gîte en Albanie, voici qui n'est pas à l'image du pays le plus accueillant du TM 2010, loin s'en faut.

 

 

 

 

53 kms

Le lendemain, le 8 juin 2010, soit 1 mois et 4 jours après notre départ sous le tendre regard d'Audrey à la gare nantaise, nous franchissons l'ultime rempart politique de notre voyage, pédalant allègrement sur une douce et très longue descente serpentant entre de vertes et chaudes collines grecques en direction de Kastoria, petite péninsule au milieu d'un lac. Nous sommes en GRECE! Pays de la Callas, de Poseidon et de Nikos Aliagas, berceau de la démocratie et de la philosophie occidentale, entouré d'îles fabuleuses telles Santorino et son volcan, Samothrace et sa Victoire, Mykonos et ses gays...
Allèchés par ce programme, sous un soleil de plomb qui fleure bon le farniente, nous allons à la rencontre des Grecs. Nous dormirons en pleine nuit au bord du lac, aprés s'être fait poser un beau lapin grec. Une femme voulait nous héberger mais, s'étant rendus comme convenu 1h aprés au lieu de rdv, personne. Et trop tard pour aborder d'autres habitants. On se dit alors que cette ville est le pendant grec de l'inhospitalité de Bilisht, qu'on est trop près de la frontière. On verra le lendemain, à Kivotos, sur la route de Grevena.

(Première crevaison)

Rappelez-vous de la première crevaison de cette fabuleuse aventure, sur le parcours du TM 09.

Souvenez-vous en cliquant sur la photo.

 

Commentaires (1)

1. Florian 15/06/2010

Le lieu de la première photo devait être splendide sur place ! Vivement qu'ils y construisent des routes goudronnées, des hôtels en béton armé et des distributeurs automatiques pour que les touristes puissent en profiter. J'ai hâte :)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

accueil.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site